3ème génération de photographe/voyageur

Simon Tanguy

La photographie de la solitude, on la cherche pas, elle vient toute seule

À l'occasion de la 1ère édition du festival Ailleurs, nous rencontrons le jeune photographe Simon Tanguy. Déterminé à vivre une aventure en solitaire pour cela il s’achète un camion, l’aménage en studio ambulant et décide de partir sur la route plus d’un an et demi. Il n’a pas de sujets photographiques en tête, si ce n’est de photographier sa solitude, de manière paradoxale il nous avoue avoir une peur viscérale de celle-ci. « Je ne pars pas faire des photos mais la photo m’accompagne. On m’a offert un pin’s où il était écrit Almost Home, il a été mon compagnon de voyage."

La photographie ici fait presque office de thérapie, de cette solitude qu’il s’impose donc à lui-même, il en ressort une photographie forte, en noir et blanc, qui ne cherche pas forcément la rencontre avec l’autre. Un lit vide, un bateau échoué, les pages d’un livre autant de photos qui évoquent la présence de l’humain sans pour autant la représenter. 

Son père René Tanguy est aussi photographe invité du festival. Il nous avoue que cette solitude, il l’a déjà ressenti enfant quand son père partait en voyage, comme son grand-père l’avait fait également avec son propre fils. La solitude en filiation, Simon nous touche à la fois pas sa fragilité et la beauté de ses photographies, laissant derrière lui un souffle de liberté. 

Interview par Didier de Faÿs
redigé par Julia Boursinhac