La Maison de la Photographie demande reconnaissance et engagement

Dans un communiqué de presse diffusé le 5 mars 2018 la Maison de la Photographie demande reconnaissance et engagement.

Le Conseil d’Administration de la Maison de la Photographie a souhaité alerter la presse suite aux décisions formulées par les collectivités dans leur lettre reçue le 2 mars 2018 et demande le respect.



Le conseil est composé de :

  • Patrick Roussiès,  Enseignant, Adjoint au Maire de Valenciennes, Président du Phénix, Président
  • Pierre Coursières , PDG Furet Du Nord, Vice-Président
  • Christine Dano , Dano Conseil, Conseil en Stratégie, Secrétaire
  • David Desablence , Directeur Commercial Vinci Energies, Trésorier
  • André Grosperrin , DG Hermitage Gantois
  • François Dutilleul , PDG Rabot Dutilleul, Vice-Président
  • Ludovic Masse , PDG Ruko
  • Jean-Luc Monterosso , Directeur de la MEP, Président d’Honneur

La Maison de la Photographie est mise en cause dans un courrier transmis à la Voix du Nord fin février 2018, et signé par quatre collectivités.

Cette lettre contient des contre-vérités, des raccourcis, des jugements de valeur sans fondement, et même des accusations graves, semant le doute chez nos partenaires.

Consultez la page internet  http://maisonphoto.format.com pour y voir nos réponses détaillées.

La Maison de la Photographie demande le respect

Nous avons demandé à trois reprises d’être reçus à la Ville, nous avons demandé d’être reçus à la Région, pas de réponse. Nous avons proposé, par courrier du Président le 11 février, une réunion à l’ensemble des partenaires. Pas de Réponse. Nous demandons le respect : nous demandons officiellement à  être reçus dans une réunion avec l’ensemble des collectivités qui s’accordent entre elles. Cette réunion est urgente,  pour permettre à notre CA de décider de l’envergure que pourraient raisonnablement avoir les Transphotos 2018, et des modalités de la poursuite des activités de la Maison de la Photographie.

Nous demandons le respect des 20 ans d’engagements  autour de la Photographie à Fives.

La Maison de la Photographie a besoin d’engagements sur le fonctionnement, malgré les subventions obtenues pour les Transphotographiques 2018

  • Nous ne pouvons pas être sereins pour organiser les Transphotos  sans être sûrs du fonctionnement de la MP, structure qui organise l'événement.
  • Nous avons déjà pris des décisions drastiques de réduction des coûts, des horaires de fermeture, et licencié 5 salariés sur 10, dont certains étaient en insertion. Il nous faut une structure et une équipe pour travailler.
  • Les Transphotos ce n’est pas un One-Shot , notre responsabilité est d’assurer l’avenir de la MP
  • Suite au retour de la MEL et du Département parmi les financeurs, il est clair que l’avenir de la Maison de la Photo repose sur deux décisions fondamentales et urgentes :
  • celle de la Ville de Lille, qui a affirmé en Conseil Municipal tout son soutien à la structure, et réserve le budget annuel pour le re-voter au CM du 6 avril . Le niveau d’endettement 2018 est revenu à niveau normal, il ne reste plus de soi-disant risque juridique pour les élus de continuer à soutenir la MP.
  • Celle de la Région : Le Président a affirmé à Arles vouloir travailler avec la MP, en complémentarité, et renforcer les structures du territoire . La Région a fortement augmenté tous les budgets culture. Elle soutient fortement le CRP et Diaphane, associés comme nous au comité d’experts de l’Institut. Elle a voté 300 000 euros en 2017 et annoncé un budget de 1,5M€ pour 2018 et de 3 M€ pour 2019 pour l’Institut. Alors si la Région souhaite, comme le dit Sam Stourdzé et je l’en remercie, s’appuyer sur notre expertise, il faut le faire avant que la MP ne ferme ! il faut la soutenir en fonctionnement et lui faire très vite connaître le montant annuel.

Les budgets prévisionnels présentés aux collectivités, s’ils sont évolutifs, ont toujours été sincères

La Maison de la Photographie est professionnelle :  elle réalise sérieusement ses budgets prévisionnels, ses bilans, comptes de résultats, et ses comptes sont certifiés chaque année par un Commissaire aux Comptes . Il n’y a jamais eu de remise en cause de la présentation de ses budgets depuis 20 ans par les collectivités.

La Maison de la Photographie se doit d’ajuster son budget prévisionnel et sa gestion quotidienne, en fonction des informations qui lui sont délivrées mais aussi en fonction d’informations qui ne lui sont pas communiquées, ou parfois seulement informellement. L’obtention ou non du Tri Postal, par exemple, change fortement le budget Transphotos (+/- 80K€).

La Maison Photo est la seule association qui a commandé 2 audits à un cabinet de conseil en stratégie, DELOITTE, en 2007 et en 2017. Pour optimiser sa gestion et définir sa stratégie partenariale.

La Maison Photo a subi plusieurs contrôles des administrations : un contrôle de gestion de la Région en 2010, un contrôle de gestion de la Ville en 2012, deux inspections du travail (novembre 2013 et mai 2015), un contrôle Urssaf en février 2013, un contrôle fiscal en janvier 2016 se sont tous conclus par une absence d’infraction.

La Maison de la Photographie a su transformer son modèle économique

Son budget reste très modeste pour une si importante structure : environ 500 K€ de budget annuel depuis 2012.

Elle a su totalement se remettre en cause en faisant un véritable virage, avec une stratégie de développement des recettes propres face aux baisses des aides publiques depuis 2012, grâce aux partenariats privés et à la privatisation des espaces

Passage de 100% de financements publics en 2001, à 30% en 2016, 40% en 2017.

Connaissez vous une seule association dans la région qui ait plus de 50% de son budget en auto-financement ?

La Maison de la Photographie a un projet culturel Fort, complémentaire de l’Institut de la Région

La Maison de la Photographie a pour but de promouvoir la photographie sous toutes ses formes, auprès de tous les publics, et s’efforce de proposer une programmation ambitieuse. Cette exigence de qualité a permis au  festival Transphotographiques  qu’elle a créé de connaître une renommée internationale.

À l'occasion de ses 20 ans, la structure souhaite marquer un nouvel élan, tourné vers l'exploration de la photographie française contemporaine et la promotion des jeunes talents européens,  en étroite complémentarité avec le futur Institut pour la Photographie projeté par la Région. La Maison de la Photographie participera donc à cette initiative régionale, “placée sous le signe du maillage et de la fédération”.

Les Transphotographiques 2018, une programmation exceptionnelle

En 2018, les Transphotographiques proposent un programme ambitieux avec par exemple :

“La Photographie Française Existe, je l’ai rencontrée”, en partenariat avec la Maison Européenne de la Photographie

“Daho l’aime Pop!”, en partenariat avec la Philharmonie de Paris

“La Bourse du Talent”, en partenariat avec Photographie.com et la Bibliothèque Nationale de France

De 2007 à 2016, la Ville avait accepté de prêter le Tri Postal.

Cette année, refus, motivé par le fait que la programmation n’est pas une création spécifique pour Lille.

On peut s’interroger sur la légitimité de la Ville à remettre en cause l’intérêt de notre programme pour les Lillois et le public EuroRégional.  C’est priver le public de grands projets - c’est augmenter le coût du Festival qui devra aménager les autres lieux qui remplaceront le Tri Postal.

Nous rappelons que pour CAPA et Jean-Piere LAFFON,  96% des visiteurs n’avaient pas vu les expos avant, et nous avons eu près de 12 000 visiteurs.


ANNEXE 1

Message de Jean-Luc Monterosso, Directeur de la Maison Européenne (message pour ce 5 mars ), Président d’honneur de la Maison de la Photographie de Lille :

" Depuis 2004, je soutiens et je suis avec une grande attention la Maison de la Photographie et son indissociable festival des Transphotographiques.

La collaboration entre nos deux institutions a permis au public régional des Hauts-de-France de bénéficier des grands projets de la Maison Européenne de la Photographie. Pour 2018, j'ai proposé à Olivier d'accueillir dans le festival ma dernière grande exposition : "La Photographie Française existe, je l'ai rencontrée", qui sera inaugurée demain, le 6 mars, et donne une vision sur les plus grands chefs d'oeuvres contemporains.

J'espère vivement que les difficultés actuelles se dissiperont rapidement, pour permettre à notre partenariat de se poursuivre, dans les beaux écrins que sont les lieux culturels lillois pour la photographie
" .

Jean-Luc Monterosso, le 1er mars 2018

ANNEXE 2

Déclaration du Maire de Lille lors du Conseil Municipal du 26 janvier 2018 :

Je suis celle qui a défendu, avec Pierre de Saintignon, la Maison de la Photo et je continue à penser que c'est la seule institution avec une autre à Denain qui est forte sur la Photo dans notre métropole.

Je voudrais aussi dire que quand Xavier Bertrand m'a appelée, pour me dire que Sam Stourdzé allait m'appeler. […] Je lui ai dit immédiatement : vous devez contacter Olivier Spillebout, nous avons un lieu formidable.

J'ai demandé à Sam Stourdzé, car je ne pouvais pas aller en juillet à la conférence à Arles, que ce soit Olivier Spillebout qui représente la Ville comme représentant de la photo […] Je le dis, les 130 000 euros sont acquis au budget, je souhaite les verser mais dans des conditions, et sans prendre de risque.

Si toutes ces contre-vérités s'arrêtent, si ça peut permettre le tour de table avec le Département et la Région et bien nous serons tous heureux de savoir que la Maison de la Photo a un avenir dans la ville et dans notre métropole
.” Martine Aubry, Maire de Lille

(extrait des minutes du Conseil Municipal) : https://vimeo.com/258291766

 

randomness