Éric Leleu, créateur de bonnes ondes

Vive La Musette

Soutenez ce projet auprès d'AVIVA

Le photographe Éric Leleu veut recréer La Musette en transformant e café de son arrière-arrière-grand-père en un lieu atypique : café, magasin fermier et galerie photo. Avant le 11 avril 2017, soutenez ce projet auprès d'AVIVA en votant sur le site de La Fabrique France. La Musette est accompagnée par la couveuse A Petits PAS.

Voir sur France Bleu Nord un sujet de Cécile Bidault sur cette aventure de La Musette : À Guesnain, un enfant du pays fait revivre le café de son arrière-arrière-grand-père

Titre : La Musette (musette : sac du mineur et genre musical festif).
Objet : créer un lieu atypique contenant un café, un magasin fermier et une galerie photo.
Surface : 200 m2 pour l'ensemble du rez-de-chaussée.
Localisation : Guesnain, 4700 habitants, département du Nord (59).
Structures légales : une SARL pour la gestion commerciale et une association pour l'animation.
Nombre emplois : à court terme 2 équivalents temps plein, à moyen terme 4.

Quelques mots sur la genèse du projet
Le café a été ouvert par mon arrière-arrière-grand-père en 1885 et a été pendant plus d'un siècle le café des mineurs. Guesnain, le village dans lequel j'ai grandi est en effet situé de l'ancien bassin minier des Hauts de France et avait une fosse de charbon exploitée jusqu'en 1960. Pendant ses 130 ans d'activité, le café été le haut-lieu de vie sociale du village en accueillant les baptêmes, les anniversaires, les mariages, les repas de chasse… Il a hébergé le club de billon (sorte de pétanque locale), de colombophilie (pigeons voyageurs) et même autrefois un gallodrome (combats de coqs). En bref, ce lieu est tout un pan de l'histoire locale depuis des générations.

Sachant que le café allait fermer faute de repreneurs (comme tant d'autres dans la France rurale), j'ai réalisé en 2013-2014 un reportage photographique sur les dernières heures de la vie du café. En 2015 avec l'aide du potier du village, nous avons ré-ouvert le café pour un weekend afin d'y exposer les photos et d'organiser le départ à la retraite de Françoise, tenancière depuis 25 ans. Dans le livret de l'exposition, un ancien client avait écrit : "on venait ici pour plaisanter et dire des conneries, on n'allait pas changer le monde ici…". A la fin de l'exposition je lui ai dit : "en fait si, on va essayer de changer le monde ici, localement et modestement. On va essayer d'aller contre le cours des choses et tenter de faire revivre ce lieu !".

Depuis bientôt deux ans, je travaille à ce projet de reprise qui est désormais mûr. L'année dernière j'ai quitté la Chine et Shanghai où je vivais depuis 12 ans en tant que photographe indépendant. Je m'occupe désormais à plein temps du projet, parce que c'est un sacré chantier qui attend La Musette avant de pouvoir ouvrir ! 

Dimanche, 2017, avril 9