Andrea Mantovani | Bialowieza Forest

Dans la partie orientale de la Pologne, juste à la frontière avec la Biélorussie, se situe la forêt millénaire de Bialowieza. Elle est l’une des plus anciennes forêt naturelle d’Europe. Coupé du temps, c’est un lieu où les préoccupations du monde moderne semblaient jusqu’alors absentes. Cependant, depuis le début de l’année 2016, elle est le théâtre du plus important conflit environnemental en Europe. Des lieux protégés par l’Unesco depuis 1979, comme réserve de la biosphère et patrimoine mondial, et par la législation européenne, en tant que site Natura 2000, sont menacés de destruction. 187 procès en 2 ans ont été intentés contre les activistes qui protestent contre les ravages faits dans la forêt. En juillet 2017, la Cour de Justice de l'Union Européenne ordonne la fin des abattages qui se font dans les zones protégées par le réseau Natura 2000. La Cour astreint la Pologne de 100.000 euros d’amende si elle ne met pas fin aux coupes illégales. Cependant les abattages se poursuivirent jusqu'en décembre 2017.

En avril  2018, la plus haute juridiction de l’Union européenne a déclaré illégale l’exploitation forestière autorisée par l’ancien ministre polonais de l’Environnement, Jan Szyszko. Ce jugement à effet immédiat impose à l’actuel de ministre de l’Environnement d’arrêter les coupes dans la forêt de Bialowieza.

En immersion de septembre 2017 à février 2018, je suis allée la rencontre de ces habitants. J’ai cherché à comprendre leur rapport à la forêt et au monde de demain. Travaillant au moyen format, j’ai réalisé ce travail dans le cadre d’une carte blanche pour la publication d’un livre photo en regard croisé avec Guillaume Herbaut avec l’éditeur PhotoPaper.

En lien avec mon master en environnement, Bialowieza Forest est le premier chapitre d’un travail documentaire sur le long terme sur les enjeux des forêts primaires dans le monde.

 

« Entrez dans la forêt ...

Quelque part loin du tumulte des hommes, dans les plaines de la Pologne orientale, elle embrasse du regard les frontières de la Biélorussie.

Entrez dans la forêt la plus large et la plus ancienne d’Europe, coupée du temps, espace mystérieux, magique et fascinant que la furie des hommes et leurs sortilèges modernes avaient jusqu’alors épargnées.



Nous sommes au début de l’année 2017 et elle frémit. Depuis quelques semaines, elle est le théâtre malgré elle du plus important conflit environnemental en Europe.

Des lieux jadis protégés par la loi polonaise, par l’Union Européenne et par l’UNESCO sont menacés de destruction.

À ma droite, le ministère de l’environnement qui mène une campagne de déforestation massive avançant l’explosion du scolyte de l’épicéa et ses possibles les ravages sur une grande partie du territoire.

À ma gauche, les environnementalistes qui redoutent la perte inéluctable du caractère naturel qui s’exprime ici depuis des milliers d’années.

Néanmoins, les chefs d’accusations sont plus compliqués qu’il n’y paraît.

Au coeur de cette « dernière forêt primaire» deux visions du monde s’opposent : celle des anciens pays communistes, traditionnelle, conservatrice et celle de la démocratie libérale, citoyenne, écologique et hyperconnectée.

Entrez dans la forêt, respirez sa beauté singulière, ressentez sa force et sa fragilité.

Vous y trouverez je l’espère, comme moi je l’ai trouvé au détour de ses méandres majestueux puis au contact de l’humanité hétéroclite qui l’habite, les questions essentielles sur ce lien ambivalent entre homme et nature, sur le sens du mot désobéissance. Des questions et peu être quelques prémisses de réponses. »

Edition: 
randomness