Flash de fin pour la photographie au ministère de la Culture

C'est la fin d'une exception culturelle si française qui a été arrêtée le 31 décembre 2020, sans couronne ni feu d'artifice, un triste dernier flash. Le travail d'Agnès de Gouvion Saint-Cyr qui en tant qu'inspecteur général pour la photographie avait assuré pendant 34 ans et trois mois la présence majeure de la photographie au sein du Ministère de la culture de la communication puis celui de Marion Hislen en 2018 avec la déléguation à la photographie auront fait long feu. Circulez, il n'y a plus rien à voir. La photographie sera maintenant confiné au troisième bureau à droite d'une délégation aux arts visuels. Dans la charcuterie de l'art vous prendrez bien un peu de boudin en noir et blanc. Je vous l'enveloppe en réalité virtuelle ?

Pour clore une année si misérable pour la Culture, Roselyne Bachelot-Narquin, la ministre de la culture, signe cet arrêté du 31 décembre 2020 relatif aux missions et à l’organisation de la direction générale de la création artistique. Un enterrement au son du glas pour la délégation de la photographie en une phrase :
Art. 3. – Le champ de compétence de la délégation aux arts visuels inclut les arts plastiques, la photographie, les métiers d’art, le design et la mode.

C'est bien cela : coincé entre le plastique et les métiers de l'art, c'est un nouveau costard que dessine le MCC pour habiller ces magnifiques témoins au regard précieux pour l'information et la mémoire du monde. La photographie perd sa voix. L'exception culturelle exprimée par Arago en 1839 pour offrir ce désir de liberté de regard des Français au monde entier est maintenant étouffée sous un masque chirurgical si fashion, si plastique.

François-Marie d'Andrimont