Engagement, enragement

Le mot d'engagement est au cœur du journal Photographie depuis sa création chez Contrejour de Claude Nori en hiver 1996 avec Jean-François Bauret et Yan Morvan. C'est toujours l'engagement à travers la photographie qui nous anime dans notre si fragile rédaction qui est still kicking and alive.

Alors que le réseau des institutions française Diagonal célèbrait en 2019, ses dix ans sous ce mot d'engagement, c'est un bonheur de voir et croire cet étendard comme un antidote aux plans de carrières assasins du paysage culturel hexagonal.

Fast-forward, pour la saison printemps-été 2020, déconfinons un photographe qui s'engage dans la cause souvent perdue de la phographie pour exprimer celle de la vie intra-terrestre. Sous le titre JE NE SUIS PAS… dont les capitales hurlantes sont bien à propos, Laurent Baheux inaugure sa première exposition virtuelle avec une sélection de quarante images accompagnée d'articles de presse et de citations.

Voici son invitation : Les rapports que nous entretenons vis-à-vis des autres sont conditionnés par plusieurs facteurs et notamment notre éducation, notre compréhension, nos croyances, notre position sociale, notre capacité relationnelle et évidemment les textes et les lois qui les régissent.
La nature et les animaux ne dérogent pas à cette règle : nous sommes vis à vis d'eux comme nous les considérons, les comprenons et dans la limite (normalement) de ce qui est permis.
Cette exposition virtuelle revient sur huit de nos comportements et relations vis à vis des bêtes qui ne sont pas toujours ce que nous en savons ou en percevons.

Suivez ce photographe, lisez le ou, encore vraiment beaucoup mieux comprenez-le : les bêtes, ces êtres du vivant –des Hommes comme les autres– ne sont pas extra-terrestres. Voir ainsi et ne pas passer trop vite de l'engagement à l'enragement.

Didier de Faÿs