Pékin Calligraphie | Murmures | Johan Marais

Pékin Calligraphie | Murmures | Johan Marais

A Pékin, même le sol devient un support. A l’aide d’un long pinceau gorgé d’eau, les mots s’enchaînent et disparaissent presque aussitôt en séchant. J’ai voulu y voir une allégorie sur la brièveté de nos existences. Il y a cette phrase dans Macbeth de Shakespeare « La vie n'est qu'une ombre qui passe, un pauvre acteur qui se pavane et s'agite durant son heure sur la scène et qu'ensuite on n'entend plus. »

Pékin Calligraphie | Murmures | Johan Marais

A Pékin, même le sol devient un support. A l’aide d’un long pinceau gorgé d’eau, les mots s’enchaînent et disparaissent presque aussitôt en séchant. J’ai voulu y voir une allégorie sur la brièveté de nos existences. Il y a cette phrase dans Macbeth de Shakespeare « La vie n'est qu'une ombre qui passe, un pauvre acteur qui se pavane et s'agite durant son heure sur la scène et qu'ensuite on n'entend plus. »

A l’aide d’un long pinceau gorgé d’eau, les mots s’enchaînent et disparaissent presque aussitôt en séchant. J’ai voulu y voir une allégorie sur la brièveté de nos existences.