Port d’Alger | Pérégrinations | Johan Marais

Port d’Alger | Pérégrinations | Johan Marais

Port d’Alger, Algérie. Des hauteurs de la Casbah, qui signifie « la citadelle », la ville d’Alger surplombe la mer Méditerranée, élément déterminant de la vie et de la culture des Algérois. On peut observer les bateaux qui s’engouffrent dans le ventre d’Alger. Charles Baudelaire, écrit dans L’Homme et la mer, le quatorzième poème du recueil Les Fleurs du mal : « Homme libre, toujours tu chériras la mer ! La mer est ton miroir ; tu contemples ton âme. »

Port d’Alger | Pérégrinations | Johan Marais

Port d’Alger, Algérie. Des hauteurs de la Casbah, qui signifie « la citadelle », la ville d’Alger surplombe la mer Méditerranée, élément déterminant de la vie et de la culture des Algérois. On peut observer les bateaux qui s’engouffrent dans le ventre d’Alger. Charles Baudelaire, écrit dans L’Homme et la mer, le quatorzième poème du recueil Les Fleurs du mal : « Homme libre, toujours tu chériras la mer ! La mer est ton miroir ; tu contemples ton âme. »

« Homme libre, toujours tu chériras la mer ! La mer est ton miroir ; tu contemples ton âme. » Baudelaire.