Alexandre Vigot s’interroge sur ce qui le pousse à partir, puis à revenir en Afrique. Les premières années, c’est l’attrait du voyage qui lui fait quitter sa région natale, le Massif Central, pour une terre lointaine fantasmée. Mais l’exotisme du voyage laisse très vite la place au réalisme des rencontres. Loin des villes et des zones touristiques, Alexandre apprend beaucoup des personnes qu’il côtoie et dont la force de vie l’impressionne. Il découvre également une Afrique mystique qu’il ne fait encore qu’appréhender. Le récit photographique commence en 2016 et couvre, sur une période de cinq années, une dizaine de pays.

Postface de Bernard Plossu