Creuser l'obscurité | Daniela Paoliello

Le projet "Creuser l'obscurité" propose également rendre visibles ces paysages à partir d'un regard nocturne qui rompt avec le cliché historique du "paradis solaire", en inversant sa puissance diurne et en amenant un dialogue sensible sur la valeur culturelle et environnementale de ces rivages fantasmatiques, et de la végétation qui les composent.

Creuser l'obscurité | Daniela Paoliello

La série photographique Creuser l’obscurité a été développée entre 2018 et 2022, au fil de différentes plages du Brésil, du Mexique et de la Jamaïque, et s'est déroulée pendant plusieurs nuits en utilisant la ressource de l'auto-performance pour la caméra. J’ai souhaité y installer une relation imaginaire entre mon corps et l'espace, en l'intégrant dans le paysage.

Le projet propose également rendre visibles ces paysages à partir d'un regard nocturne qui rompt avec le cliché historique du "paradis solaire", en inversant sa puissance diurne et en amenant un dialogue sensible sur la valeur culturelle et environnementale de ces rivages fantasmatiques, et de la végétation qui les composent.

Opérant à partir d'une double position - celle d'être à la fois derrière et devant la caméra – je me suis aventurée dans la profondeur de la nuit en proposant des relations de mimesis avec le paysage.

L'acte photographique se déroule à partir d'une double cécité. D’abord, celle de « ne pas voir » puisqu'une me présentant comme objet dans l’image, dans la perte de contrôle du regard à travers l'auto-performance réalisée pour la seule caméra. Ensuite, celle de « ne rien voir » de ce que je suis en train de faire, dans une optique inversée, basée sur l'absence de lumière.

L'intention est aussi de photographier des paysages que seul l'appareil photo est capable de révéler, et que l'œil ne peut atteindre. Le double geste, de photographier et de performer, est conçu à partir de l'imaginaire et des sens, puisque le paysage ne se révèle qu'après le clic.

Enfin, le travail se déroule comme une expédition à travers la nuit, mue par

l'intention de capturer les derniers vestiges de lumière et de brillance, en m’appuyant sur de petits dispositifs, artefacts et interventions impliquant des objets lumineux, ressemblant aux étoiles, aux lucioles et aux veilleuses.

Daniela Paoliello

Le projet "Creuser l'obscurité" propose également rendre visibles ces paysages à partir d'un regard nocturne qui rompt avec le cliché historique du "paradis solaire", en inversant sa puissance diurne et en amenant un dialogue sensible sur la valeur culturelle et environnementale de ces rivages fantasmatiques, et de la végétation qui les composent.