J’ÉTAIS, JE SUIS....JE SERAI | Anita Pouchard Serra

Le smartphone, objet omniprésent dans nos sociétés, décrié parfois pour sa capacité à nous déconnecter du monde réel, des échanges en chair et en os, prend dans la New Jungle de Calais, veritable territoire de l’attente aux portes de l’Angleterre, une toute autre dimension.

Ce petit objet du XXI siècle est un concentré de la mémoire de l’exilé et sa connection avec le futur rêvé, mais aussi avec le présent souvent trop long, et qui lui échappe parfois. Pas une conversation sans qu’il apparaisse, pour montrer la carte du pays laissé, une photo de sa famille ou encore un portrait de soi, avant, bien coiffé, bien habillé. Cette série de doubles portraits est composée tout d’abord d’un détail des mains de la personne tenant son téléphone. Sur ce dernier, se trouve une photo choisie par le protagoniste. Vient ensuite un portrait l’ environnement actuel, dans notre cas la New Jungle de Calais. Ces photos sont réalisées sur le temps long avec des personnes où un échange se crée et une relation s’installe, et l’avant et l’après sont des sujets de discussions. Ces portraits ne sont pas recherchés, ils sont apparus au fur et à mesure de mon parcours dans la New Jungle depuis le mois de janvier. Le point de départ de ce projet va au-delà de l’importance du smartphone. Il part aussi d’un constat simple, celui du traitement dans les médias ou dans l'imaginaire collectif des personnes réfugiées comme une masse uniforme, oubliant qu'il existe derrière la diversité des histoires, des situations, des raisons, et faisant de la condition de réfugié une identité en soi, alors qu’il est un état transitoire et souvent nouveau, pour une partie des personnes présentes à Calais.
En complément de ce double travail photographique, un récit mélangeant les 3 temps ( passé, présent, futur) reprend des éléments de vie partagés avec la personne photographiée et complètera dans un format d’exposition les clichés.

 

randomness