Noutéka | Magali Paulin

Noutéka est un corpus photographique et vidéo. Ce travail, envisagé comme un long cycle de recherche, a été entamé début 2016 grâce à l’aide individuelle à la création de la DRAC Hauts-de-France et le soutien à la création de la région Picardie. Dans ce contexte, j’ai efectué une traversée de deux mois à travers l’archipel des petites Antilles notamment sur les îles de Guadeloupe et de Martinique.
L’expression Noutéka vient de la langue créole et est empruntée à l’écrivain et penseur Patrick Chamoiseau. Dans un passage de son livre Texaco, (prix goncourt 1992), il évoque le mouvement de migration des hommes et femmes nouvellement libres, vers l’intérieur des terres lors de l’abolition de l’esclavage en Martinique. Cette formule, répétée par le narrateur comme une incantation magique, accompagne une quête de liberté passant par une conquête des terres intérieures : mornes, traces, jungle, ravines. Elle lie ainsi la construction identitaire des peuples caribéens à la nature et au paysage de leurs îles.
Le Noutéka est l’acte d’appropriation de l’espace par les habitants des territoires insulaires, clamant au monde leur identité propre, une identité créole, dans laquelle le paysage constitue l’être et non pas un décor. Un paysage tour à tour riche, généreux, exubérant mais aussi étrange, hostile et brutal.Noutéka est un travail photographique intime qui prend sa source dans mes origines martiniquaises et tend à présenter une traversée subjective des Antilles en déployant les contours d’un espace aux défnitions troubles, au delà des cartes et du temps. Par l’usage de fragments photographiques (captés et mis en scène) et par leur assemblage, je recherche une forme de représentation d’un réel à la nature archipéllique, pour reprendre les termes et la pensée du poète Édouard Glissant, à la fois fragmentaire, hétérogène et discontinue.